Quel crayon de papier choisir ?

Il n’est pas simple de savoir quel matériel choisir pour son enfant.
Comment faire le bon choix?
Voici une liste d’outils testés au cabinet par les principaux intéressés…les enfants !

Le crayon de papier (à partir du CP)

Pour débuter l’apprentissage de l’écriture, l’outil qui me semble le plus approprié est le crayon à papier. Il glisse facilement sur le papier et permet surtout de gommer en cas d’erreur, ce qui rassure l’enfant. Il ne bave pas évitant ainsi les salissure et glisse bien sur le papier.En revanche, il faut qu’il soit de bonne qualité avec de préférence une mine HB et un corps triangulaire pour une meilleure prise en main.

Le choix des stylos, crayons, feutres… est important pour adopter, dès le plus jeune âge, une bonne tenue de l’outil, cela permettra une écriture lisible, fluide et confortable.

Je suis une adepte des crayons triangulaires.
Effectivement, pour écrire, nous utilisons 3 doigts (le pouce, l’index et le majeur) qui favorisent une bonne tenue et une bonne mobilité. Les crayons triangulaires peuvent donc aider au bon placement des doigts.

Il faut également faire attention au poids du crayon, qui peut vite devenir trop lourd pour les petits doigts.

La plupart des crayons de papier présentés ci-dessous existent en version «fin» ou «jumbo» (plus gros) à choisir selon la préférence de l’enfant.

  • On peut en choisir avec des systèmes grip, antidérapants.
    Le préféré en cabinet le « Faber-Castell GRIP 2001 » (version 2B).

  • Le « Staedtler Noris Eco »

  • Certains crayons ont l’emplacement des doigts marqués: « stabilo easy graph »
    (existe en version pour les droitiers et gauchers).

  • On a également des versions avec l’emplacement des doigts, style critérium : « pelikan griffix »
    (existe en version pour les gauchers et droitiers)

  • Crayon à forme ergonomique : « faber castell » porte mine scribolino
    (existe en version droitier ou gaucher)

 

  • Autre crayon à forme ergonomique :  « stabilo easy ergo »
    (existe en version droitier ou gaucher).

 

  • Les criteriums :
    Attention, à ne pas débuter l’apprentissage de l’écriture avec un criterium. En effet, il faut déjà avoir une certaine gestion de ces appuis pour manipuler cet outil dont la mine se casse facilement.
    Il est intéressant lorsque l’enfant, déjà scripteur, exerce une pression trop forte sur le crayon afin de lui apprendre à moins appuyer.
    Ceux que je conseille sont les bic avec grip ou de deux couleurs qui permet à l’enfant d’avoir un repère pour placer ses doigts à bonne distance de la mine.

 

On peut placer également sur les crayons, des petits grips en mousse, parfois plus confortable pour les doigts.

Il faut, que l’enfant puisse trouver du «confort» en optant pour tel ou tel stylo et ne pas être attiré seulement par le « design ». En effet, comme notre choix de chaussures, nous sommes souvent plus à l’aise avec certaines qu’avec d’autres mais pour cela l’idéal c’est de pouvoir les tester !


En revanche, je déconseille fortement les crayons dit incassables qui nécessitent beaucoup d’appui et dont le rendu est plus clair car la mine est sèche, cela étant souvent gênant pour les enfants.


Si vous optez pour un stylo ergonomique (stylo avec encoches, …), alors que la tenue du stylo pose soucisne pensez pas que le crayon pourra résoudre ce problème! Ces stylos ne permettent pas de modifier durablement la tenue. Ils sont juste un indicateur et permettent un meilleur confort pour les enfants qui ont déjà une tenue tri-digital.

Si la tenue n’est pas stabilisée et qu’elle pose problème (douleur, lenteur…), ce souci doit être travaillé avec un professionnel qui pourra en quelques séances y remédier.


Si la tenue n’est pas stabilisée, pose problème...

Douleur, lenteur, tenue atypique, pression importante ou au contraire manque de tonus, manque de mobilité digitale, écriture énergivore…
Ce n’est alors pas le stylo qu’il faut changer, mais bien le geste de l’écriture qui doit être amélioré par un travail spécifique!

N’hésitez pas à me contacter pour toutes informations complémentaires.

Il n’est jamais trop tard pour modifier une tenue de crayon ou aider une personne en souffrance avec son écriture.